Le lagon et la mangrove

Le lagon est particulièrement sensible aux pressions naturelles et anthropiques, notamment au niveau des récifs internes et frangeants les plus exposés du fait de leur localisation. Il est d'ailleurs délicat de discerner les impacts de l'activité humaine de la sensibilité aux évolutions climatiques parfois désastreuses.
Ainsi, les élévations de la température des eaux de surface liées au passage de l'El Nino de 1998 ont beaucoup affecté les récifs (80% de dépérissement) qui ne se reconstituent que progressivement. Si les effets de l'érosion, ou les activités humaines comme la pêche à pied, les aménagements intempestifs ou la navigation maritime participent à la dégradation du lagon, la mauvaise gestion des déchets et les rejets des eaux usées sont encore plus néfastes.

CORAIL_LAGON_SMAE

La mangrove est une forêt d'arbres, les palétuviers, qui pousse le long des régions littorales tropicales.
Son importance écologique est vitale puisqu'elle sert de zone tampon entre la terre et la mer, entre les eaux salées de l'océan et les eaux douces qui descendent des terres.
La mangrove a pour fonction, notamment, de filtrer et nettoyer les eaux douces, parfois boueuses et chargées, avant qu'elles n'atteignent la mer qu'elle permet ainsi de garder propre.

MANGROVE_MAYOTTE_SMAE