Communiqué de Presse suite à réunion du comité de suivi de la ressource en eau

Communiqué de Presse suite à Réunion du comité de suivi de la ressource en eau du Mercredi 22 Novembre 2017.

Ce mercredi 22 novembre 2017, les membres du comité de suivi de la ressource en eau se sont réunis autour du Préfet de Mayotte, Frédéric Veau,
afin de faire le point sur les ressources et sur l’avancée des travaux dans le cadre du plan urgence Eau.

Les pluies de ces derniers jours, et notamment dans le nord-ouest de l’île, ont eu des effets bénéfiques sur le niveau de la retenue collinaire de Dzoumogné,
alimentée également grâce au détournement de la rivière Mapouéra. Le taux de remplissage de celle-ci est aujourd’hui à près de 20 %.
La retenue collinaire de Combani se situe quant à elle à un taux de remplissage de 33 %.

Les acteurs concernés sont vigilants quant à la situation qui reste fragile. Cependant, le Préfet de Mayotte tient à rassurer la population
et notamment les habitants du département qui ont subi ces dernières semaines des coupures de leur alimentation en eau :
celles-ci sont exclusivement dues à des incidents sur le réseau.

Lors de cette réunion du comité de la ressource en eau, la SMAE a informé avoir été victime de dégradation ce week-end sur l’une de ses conduites.
Le Préfet de Mayotte rappelle sur ce point la nature collective de ces équipements dont la perturbation volontaire impacte l’ensemble de la population.

Concernant l’avancée des travaux du plan d’urgence Eau, initié par le ministère des Outre-mer en février dernier, les services du SGAR et de la DEAL
accompagnent le SIEAM dans l’optimisation et la recherche de nouvelles ressources en eau :
• Mise en service de quatre nouveaux forages
• Pompage de la rivière Bouyouni vers la retenue de Dzoumogné
• Augmentation de la capacité de l’usine de dessalement de Petite-Terre
L’ensemble des mesures d’urgence de court et moyen termes vont permettre un gain annuel de +20 % de production.

Sur le moyen terme, la 6ᵉ campagne de forages a permis d’identifier 10 nouveaux sites à sonder.
Une fois les études complémentaires effectuées et s’il s’avère que ces forages sont productifs, ils pourraient être mis en service d’ici deux ans.

La situation reste suivie avec vigilance.